En pratique, il n'y a plus de théorie ...[asphalte]
Accueil > Pratique > Écriture > Demain est aussi un jour
Demain est aussi un jour 1er août 2011  

Demain est aussi un jour

Le matin est calme et humide, et dans un tournant de visage une larme s’écroule et chavire sur le plancher d’un gris verveine et vagabond silence. Malgré la plume lourde et le regard perdu dans un verre grenouille, la lumière miraculeuse semble irradier de sa toile leste la pensée itinérante de mon jardin secret. Jardin donnant côté cour, où s’entremêlent soupirs, joies, fantasmes et convulsions.
Mes veines, parsemées de drogues, scrutent le sommet de mon être et s’abstiennent de ne pousser cris qui puissent tendre à l’agonie du râle félin.
Hier je nageais comme une tortue centenaire à l’orée du monde parfait qu’elle connaît depuis l’aube des temps. Et je vole sur les îles grasses d’un neurone en combustion volatile.

Qui n’a jamais connu le saut de l’ange, couché sur son lit ?

Peut-être lui, puisse-t-il être conscient de sa médiocrité, pense à relever son courrier tous les jours et seulement lui, cette huile ricochant sur les tuiles de mon corps dénudé et blanc.
Malgré son air sévère et sa bouche rosée, la gardienne nuptiale ne cesse de rêver au monde parfait, même monde parfait carapaceux qui tremble devant les lunes froides et humides du nid céleste. La légèreté du voile fin posé sur ses lèvres laissait découvrir son sourire, percé d’un étrange jaune prune.
Nul n’a souci de sa place, de son rang, de son implication.

Qui n’a jamais connu le saut de l’ange, couché sur son lit ?

Assis au milieu d’une cour de ferme, je scrute malicieusement les pans frais des murs en torchis mâché. Ma place, le monde, le rêve, moi, moi, moi, moi !
Quelle tendresse m’envenime ? Quelle chaleur me quitte ?
Si j’étais, je ne pourrais m’affronter. C’est parce que mon corps s’échappe, lâché par cette prune noire mélancolique divine.

Qui n’a jamais connu le saut de l’ange, couché sur son lit ?

Happé par cette sublime goutte d’eau marine, je m’écrase sur ce reflet granuleux de nous même, nous monde, nous insignifiance.

Vos droits et devoirs

Licence ArtLibre
©2011 Grégory DAVID
Copyleft : cette œuvre est libre, vous pouvez la copier, la diffuser et la modifier librement selon les conditions de la : Licence Art Libre.


Graph. : Sandra GUILLEN
Contacts : Grégory DAVID